Stress

Le stress te déprime?

Profite davantage de la vie en abordant tes sources du stress

Profite davantage de la vie en abordant tes sources du stress

Le stress, l’anxiété, le burnout, la dépression, …ces mots ne sont que trop courants, et si tu n’as pas encore éprouvé de l’anxiété, un burnout ou la dépression toi-même, tu connais sûrement plus qu’une personne qui en a eu l’expérience et il y a peu de chances que tu as totalement échappé à l’expérience du stress. Comprendre les symptômes, les différences et les risques et faire le lien avec ta propre vie peut t’aider à limiter et réduire le stress et, on espère, éviter les conséquences les plus graves.

Le stress
Le mot vient de l’anglais et signifie :

  • État réactionnel de l’organisme soumis à une agression brusque. (Larousse)

Tout comme l’anxiété, le stress peut être quelque chose de positive, nous poussant à passer à l’action et à faire quelque chose d’utile. Certaines personnes disent qu’ils prospèrent sous le stress et aiment la motivation qui en résulte. Pourtant, si le stress devient chronique, une mode de vie, il a des effets délétères sur la santé ainsi que les relations.

Le syndrome général d’adaptation[1] explique les étapes du stress et permet de comprendre à quel moment il faut se méfier. Il y a 3 étapes :

La réaction d’alarme – La première étape est “positive”, où nos ressources sont mobilisées et nous aident à agir avec énergie et des réactions rapides.

La résistance – idéalement, après la première étape, la vie retourne au normal, le corps reste en alerte, mais récupère et se répare après que le stress est passé.

Malheureusement, si on continue à se sentir stressé, le corps essaie de s’adapter et nous avons l’impression de gérer, mais en réalité, nous puisons dans nos ressources. La pression et le rythme cardiaque restent élevés et on peut déjà voir les premiers symptômes physiques, comme des maux de tête, des troubles digestifs ou troubles de sommeil et une certaine irritabilité.

L’épuisement – Si la situation de stress continue sans des périodes de relâche pour se rétablir, permettant au corps de se réparer, l’épuisement va suivre. C’est le moment où les ressources du corps sont épuisées et le système immunitaire est affaibli. Si le stress continue, c’est probable qu’on contractera des maladies plus sérieuses liées au stress (c’est une liste très longue et décourageante puisque tous les organes sont atteintes par le stress chronique).

L’angoisse
…est une émotion naturelle et n’est pas forcément un problème – si tu ressens de l’angoisse aux justes moments, quand il y a une réelle cause pour l’inquiétude et qu’après tu te sens à nouveau bien, ce n’est pas un problème, mais si ce qu’on ressent devient envahissant, au point où l’on ressent de l’anxiété même face à des situations anodines quotidiennes il vaut la peine de chercher de l’aide. Les troubles anxieux sont de plus en plus courants et bien qu’il y ait plusieurs facteurs contribuants, le stress en est un que nous pouvons influencer.

Le burnout
… arrive au stade de l’épuisement du syndrome général d’adaptation, mais ceci ne se reporte qu’aux symptômes physiques tandis que le burnout désigne plutôt un état psychologique. L’inventaire d’épuisement mis au point par Maslach (Maslach Burnout Inventory -MBI) est le plus souvent utilisé pour mesurer l’état de burnout. Il mesure :

  • l’épuisement émotionnel – le sentiment d’être débordé et épuisé par le travail
  • le cynisme – le fait de devenir cynique face à beaucoup d’aspects de la vie
  • l’efficacité professionnel – le fait de se sentir efficace (ou pas) au travail.

Les informations et les recherches se réfèrent souvent à l’épuisement professionnel, causé par des facteurs au travail, mais l’épuisement des soignants et des parents est aussi reconnu et a des symptômes similaires, alors, ce n’est pas seulement le stress au travail dont il faut se méfier, mais de toutes les sources de stress dans ta vie. Dans tous les cas, quand quelqu’un arrive à l’étape d’un burnout, les effets ont tendance à déborder dans tous les domaines de leur vie – la santé, les relations, la famille, les loisirs, le sommeil…

Un burnout se déroule petit à petit. Ce n’est pas le résultat de quelques jours ou de quelques semaines de stress, mais plutôt des mois et des mois de se surmener au-delà des limites sans relâche. Il est plus courant chez les gens qui assument trop et qui sont sensibles aux situations négatives incessantes.

La dépression
…est facile à confondre avec le burnout sans une diagnostic professionnel parce que les problèmes ont trois choses en commun :

  • l’épuisement extrême
  • désintérêt / absence de plaisir
  • performance réduite

Et le burnout et la dépression laisse une personne apathique, sans l’énergie pour faire quoi que ce soit et probablement sans s’en concerner, donc les conseils usuels pour gérer le stress ne marchent pas. C’est pourquoi c’est très important de chercher de l’aide si tu soupçonnes un burnout ou une dépression.

Soins et prévention
Soigner un cas d’anxiété, un burnout ou une dépression est un travail à long terme et le niveau de succès dépend de l’individu ainsi que sur des circonstances extérieures. N’hésite pas à demander de l’aide si tu as l’impression d’être sous l’eau. Une fois qu’on arrive à un burnout ou une dépression, il n’y a pas de solution rapide, donc il vaut vraiment la peine de prendre un peu de temps pour réfléchir aux moyens de réduire le stress dans ta vie MAINTENANT, et mieux le gérer quand il se produit.

Le workbook « Ma vie sans stress » t’aide à réfléchir sur le stress dans ta vie et la meilleure façon de le gérer. Télécharge-le maintenant.

[1] https://www.pratique.fr/stress-syndrome-adaptation.html

Posted in Le stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *